Hollogne-sur-Geer

  • De Holonia, propriété de Holoniu
  • Hollognois
  • Localité rurale et résidentielle, altitude de 124 m

Historique

La très ancienne et importante seigneurie de Hollogne relevait de la cour féodale de Namur. Néanmoins, comme elle constituait une enclave dans le territoire du Prince-Evêque de Liège, celui-ci contesta son statut et lui imposa sa souveraineté. Cette double appartenance créa une situation particulière qui engendra discussions et procès.

En 1229, un accord fut conclu entre Henri Comte de Namur et le Chevalier Guillaume d'Atrive. Ce dernier renonce à ses droits sur l'avouerie d'Andenne et reçoit en contrepartie les possessions du comté à Hollogne et à Hosdeng. La seigneurie de Hollogne resta propriété de la famille d'Atrive jusqu'en 1311.

Après cette date, le château de Hollogne, auquel furent annexées les seigneuries de Darion, Boëlhe et du Manil, appartint à la famille de Harduemont. Les descendants furent Godefroid de Hadruemont, mort en 1447 sans héritier mâle, et sa fille, Catherine de Hadruemont qui épousa Jehan de Seraing. Par ce mariage, la seigneurie passa dans les mains des de Seraing. Ils prirent part aux conflits qui opposèrent Conrard de la Marck aux Liégeois. Godefroid s'était mis au service de l'Angleterre dans la guerre de Cent ans. Son petit-fils, armé Chevalier du Saint-Sépulcre, revint de Jérusalem en 1441. Quant aux de Seraing, l'un fut bourgmestre de Liège en 1444.

En 1650, Godefroid de Seraing s'engagea dans le parti des Lorrains opposé au Prince-Evêque Ferdinand de Bavière. Par la suite, il fera acte de soumission. C'est notamment à lui que l'on doit la construction en 1646 du moulin de Hollogne et de ses annexes. Il repose avec son épouse Hélène Isabelle de Ponty sous un beau mausolée en marbre noir dans l'église paroissiale de Hollogne.

Pendant cinq siècles, les de Seraing furent considérés parmi les plus puissants seigneurs de la région. En 1795, la lignée s'éteint avec Arnold-François-Joseph et à sa mort, le château et ses dépendances revinrent à son beau-frère, le baron de Stockhem.

Sous le régime républlicain, la bourgeoisie rurale dirigea la commune. Jean-François de la Hault occupa la place de maire jusqu'en 1816. Trois bourgmestres, issus de cette même famille furent investis jusqu'en 1957. Leurs descendants, les Naveau, construiront en 1865 une fabrique de sucre de betteraves. Reprise par le groupe Südzucker en 1992, elle fermera complètement ses portes en 2008.

À voir

  • Datée du 13è siècle, l'église Saint-Brice, classée, abrite entre autre un mausolée en marbre noir (consacré comme nous l'avons vu à Godefroid de Seraing et sa femme), un christ roman et d'anciennes dalles funéraires. Elle figure parmi les plus vieux et les plus curieux édifices du patrimoine religieux de Hesbaye.
  • Une statue de la Vierge, invoquée spécialement pour les enfants, y est vénérée depuis 1647 sous le vocable Notre-Dame des Anges. Il ne reste plus que des ruines de ce qui fut successivement une forteresse, un château-fort et une résidence des seigneurs de Hollogne-sur-Geer.
  • Le moulin castral ainsi que la façade-pignon de la brasserie castrale alimentée autrefois par la source au débit important située sous le pont du Geer.

 

  • Une importante ferme en carré, rue du Centre, ainsi que deux autres situées rue d'Omal et au lieu-dit le Manil, témoignent de l'opulence des domaines agricoles d'antan.
  • Place du Tombeux, une grange en colombages qui est, malheureusement, à l'abandon.

 

Le moulin castral de Hollogne-sur-Geer, bâti sous Godefrois de Seraing