Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Alerte, coulées de boue !
Sections
Vous êtes ici : Accueil / Actualités / Alerte, coulées de boue !
Administration de Geer

  

 

Rue de la Fontaine, 1   4250 Geer

 

019 58 80 33

 

019 58 70 79

 

info@geer.be

 

Webmaster support@geer.be
Suivez-nous

 

 

Heures d'ouverture de l'Administration communale
Lundi : 8h30 à 11h30
Mardi : 8h30 à 11h30
Mercredi : 8h30 à 11h30-13h30 à 15h30
Jeudi : 8h30 à 11h30
Vendredi : 8h30 à 11h30
 
Permanences supplémentaires
du service population et état civil
1ier et 3ième samedis du mois de 8h00 à 10h00
4ième mardi du mois de 16h00 à 19h00
Heures d'ouverture du poste de police
Lundi : 9h00 à 12h00 - fermé
Mardi : 9h00 à 12h00 - fermé
Mercredi : fermé
Jeudi : 9h00 à 12h00 - fermé
Vendredi : fermé
 
Permanence supplémentaire
du poste de police de Geer
1ier samedi du mois de 8h00 à 10h00
+ autres postes de la Zone Secours Hesbaye

 

Cliquez ICI pour visualiser

le calendrier en pleine page

 

 

 

 

Pour profiter de toutes les fonctionnalités du site, téléchargez

Mozilla Firefox

 

Alerte, coulées de boue !

Retrouvez dans cette actualité quelques trucs et astuces pour vous protéger contre les risques d’inondation par ruissellement et les coulées de boue.

Mon terrain est-il à risque ?

Si vous n’avez jamais été confronté à ce problème, cela ne veut pas dire que le risque n’existe pas ! Première vérification à faire :

→ Rendez-vous sur le «Géoportail» de la Wallonie et regardez si votre terrain se situe sur un axe de concentration du ruissellement.

Bien entendu, le bon sens s’applique aussi… Si votre terrain est situé en contrebas d’un versant agricole cultivé, même sans axe de concentration identifié, une coulée de boue peut survenir.

 

Quelques astuces pour me protéger ?

Dès lors que votre terrain est soumis à un risque de ruissellement, voici quelques recommandations pour vous protéger :

  • Entretenez les ouvrages de collecte et d’évacuation des eaux de pluie : nettoyez vos caniveaux, avaloirs, corniches et rigoles de tous les débris qui ont pu s’y accumuler durant l’hiver.
  • Imaginez le trajet des écoulements (éventuellement intenses) sur votre terrain et veillez à ce que le passage soit libre : dégagez tous tas de bois, sac de terreau, bacs de fleurs etc. pouvant faire obstacle au ruissellement.
  • N’oubliez pas de protéger vos biens qui risqueraient d’être touchés par les eaux : bouchez les aérations de votre cave ; surélevez vos machines ; enlevez les tapis ; etc.
  • Pourquoi pas également garder quelques outils à portée de main (pelle, raclette, bottes, lampe de poche, etc.) et vous munir préventivement de quelques sacs de sable.

 

En tant qu’agriculteur, quel est mon rôle et quelle est ma responsabilité ?

On peut pointer trois obligations :

  • Interdiction de cultures sarclées sur les parcelles en pente supérieure à 10% (sauf si implantation d’une bande enherbée de 6m de large min. en bas du champ).
  • Interdiction de cultiver/labourer/pulvériser au bord des routes (sur 1m de large).
  • Interdiction de détruire les haies, bosquets, talus, etc., (sauf si autorisé par un permis d’urbanisme).

À l’intérieur de ces limites, l’agriculteur est en principe libre de cultiver ce qu’il souhaite, de la manière qu’il souhaite et sur l’étendue qu’il souhaite (dans le respect, bien entendu, d’autres législations).

Néanmoins, voici quelques pratiques agricoles qui offrent de bonnes garanties pour diminuer le risque d’apparition d’une coulée de boue :

  • Limiter la longueur dans le sens de la pente sur même champ à max. 150m : plus le ruissellement peut accélérer sans rencontrer une autre culture ou un obstacle, plus il est en mesure d’arracher du sol et de provoquer une coulée de boue.
  • Pratiquer un assolement varié : sur un même versant, l’idéal est d’avoir une mosaïque de champs alternant cultures d’hiver vs cultures de printemps et de prairies différenciés, obligeant le ruissellement à trouver différents chemins à la surface du sol, favorisant ainsi l’infiltration et diminuant l’apparition de ravines.
  • Couvrir le sol : la présence d’une plante ou de résidus de culture limite la destruction des mottes de terre par les gouttes lors d’un orage.
  • Travailler le sol de manière à créer un état de surface favorable à l’infiltration, éviter l’émiettement et travailler en bonnes conditions d’humidité : cela empêche le tassement, préserve la structure du sol et favorise l’infiltration en profondeur.
  • Maintenir le taux d’humus au-dessus de 3 % : une terre bien pourvue en matière organique stable offre jusqu’à 20 % de résistance à l’érosion en plus qu’une terre pauvre en M.O.
  • Installer des éléments de protection : de préférence naturels et permanents (comme des bandes enherbées, des haies), ou artificiels et temporaires (fascines, ballots ancrés dans le sol), agissant comme ultimes barrages.
  • Travailler le sol perpendiculairement à la pente n’est pas la solution miracle : contrairement à une idée reçue, cette technique n’a pas un effet  déterminant contre l’apparition des coulées de boue en cas d’orage violent ; toutefois, cette pratique peut être un « plus » dans certains cas particuliers (pente inférieure à 3 %, relief très uniforme).

Rappelons que le rôle de l’exploitant agricole, cultivateur ou éleveur, est aujourd’hui multiple : produire notre alimentation, mais aussi assurer une forme d’entretien des paysages. La lutte contre l’érosion est donc avant tout le défi des agriculteurs, dont les champs sont les premières surfaces à subir une dégradation lors d’un orage.

 

Quid des services communaux ?

Les services communaux ont un rôle à jouer à plusieurs niveaux.

  • D’une part, le service voirie assure le bon fonctionnement des ouvrages hydrauliques comme les fossés, caniveaux, avaloirs, et canalisations, par un entretien régulier.
  • Ce service est aussi le premier à intervenir, en parallèle avec les services de secours et de police, lors d’événements météorologiques exceptionnels.
  • D’autre part, en complément avec ce travail de protection, le service de l’urbanisme assure un rôle de prévention avec une perspective à long terme, en effectuant les vérifications avant tout projet d’urbanisme sur un axe de concentration du ruissellement (comme prévu par le CoDT).

De plus, pour votre information, la Cellule GISER édite des guides techniques pour les candidats bâtisseurs en zone soumise à un risque d’inondation par ruissellement.

 

Check-list en cas d’inondation : « Je suis inondé, que faire ? »

  • Protéger
    • Couper l’électricité (si danger de court-circuit), le gaz, le chauffage.
    • Mettre les personnes vulnérables à l’abri.
  • Alerter
    • Service de secours : 112 (en cas de danger de mort) ou 1722 en cas de dégâts matériels sans blessés et uniquement lors d’une alerte orange ou rouge de l’IRM.
    • Éviter de saturer le réseau GSM (uniquement appels urgents et importants).
  • Secourir
    • S’équiper (bottes, gants, lampe de poche).
    • Evacuer l’eau, racler la boue.
    • Ecouter la radio et les réseaux sociaux officiels, suivre les consignes des autorités.

 

Service voirie

Mr Evrard 0499/92 14 65

Mme Pindeville 0499/92 14 63

Service urbanisme

Mme Deghaye – 019/54 92 46

Échevin de la voire

Mr Lerusse – 0498/86 31 83

Bienvenue !

 Pour toutes remarques ou ajouts sur notre site, contactez-nous.